Pages

samedi 12 décembre 2015

Rencontre avec Mélanie Dibetta, 23 ans : « Faire de ma passion, mon métier »

Comme vous le savez, mon voyage à Paris en octobre dernier a été une aventure humaine extraordinaire. J’ai vécu des moments inoubliables et ai eu la chance de rencontrer de belles personnes avec un cœur grand ouvert. Pour lire l’article rédigé à mon retour, cliquez ici.

Mélanie Dibetta, plus connue sous le pseudo de Miia, fait partie de ces rencontres et même si vous la connaissez déjà un peu - car c’est elle qui a créé le personnage de Miss Liky et qui a décliné les différents logos - j’ai eu envie de partager avec vous son parcours tant il me semble inspirant.

J’ai découvert le travail de Miia en 2013 sur Internet et j’ai très rapidement été séduite par sa grande ouverture de cœur, par sa fraîcheur et par sa spontanéité. J’ai retrouvé ces mêmes qualités lorsque je l’ai rencontré en « vrai » et je fais le vœu que rien ni personne - pas même les effroyables attentats survenus en France récemment - n’altèrent la personnalité attachante de cette jeune femme. La joie, l’enthousiasme et l’amour sont les meilleures armes face à la violence.

Miia vit de sa passion. 
C’est une phrase qui a l’air de rien comme ça et pourtant, connaissez-vous beaucoup de jeunes gens qui s’autorisent à vivre de leur passion ? Connaissez-vous beaucoup de parents qui laissent leurs enfants faire leur propre choix de vie quand bien même cela ne correspond pas tout à fait au job idéal qu’ils souhaitaient pour eux ?

Dans mon expérience de thérapeute, j’ai rencontré beaucoup de jeunes adultes qui embrassaient un rêve qui n’était pas le leur… " tu veux être réalisateur mon fils ?? Mais ce n’est pas un métier ça… et puis ceux qui réussissent, y en a pas beaucoup ...passe ton diplôme d’ingénieur, ce sera mieux…".
Plutôt que de laisser l’enfant suivre la voie de son cœur - donc de son âme - on préfère se fier aux « conseils » d’une conseillère d’orientation qui, regardant ses statistiques, dit " mais vous n’y arriverez jamais si vous allez dans cette voie ! " ou encore, « cette filière est complètement bouchée vous savez ! ».  
Depuis quand une donnée statistique va décider de mes choix ? De mon bonheur ? De mon avenir ? Il n’y a pas d’erreur, il n’y a jamais d’erreur, il n’y a que des expériences et que cette expérience soit jugée "inutile ou mauvaise" dans la perception du parent, elle est nécessaire à l’enfant pour apprendre et donc pour se construire.
Dans le cas de Mélanie, elle a eu cette chance d’avoir des parents avec une grande ouverture d’esprit, qui ont mis de côté leurs "peurs de parents" et qui, tout en étant présents donc solidaires avec son projet, lui ont donné la possibilité d’essayer….

Une enfance teintée de créativité
Mélanie grandit à la campagne, dans un petit village français en Bourgogne. Elle se rappelle qu’elle n’aimait pas être enfermée et qu’elle passait de longues heures avec son frère, 4 ans plus jeune qu’elle, à jouer dehors, à s’inventer des histoires, des mondes.
Passionnée par le dessin depuis toute petite, elle avait l’habitude de réécrire des histoires et de les illustrer à sa façon et dans les repas de famille, elle s’amusait à faire des dessins que ses cousins ensuite coloriaient.

A l’école, Mélanie se démarque par son côté créatif bien sûr et c’est au cours d’une conversation avec son professeur d’art plastique que Mélanie comprend qu’elle peut faire de sa passion, le dessin, un véritable métier. C’est le déclic.

La construction du rêve, étape par étape
Mélanie met alors toutes les chances de son côté pour se rapprocher peu à peu de son rêve. A l'âge de 15 ans, elle décide de quitter le nid familial et d’entrer en internat pour suivre une formation de 3 ans afin d’étudier l’histoire de l’art et la pratique du dessin. Une fois le B​revet ​Technicien​ dessinateur en Arts appliqués en poche, elle décide de continuer à se former pendant 2 autres années aux logiciels de graphisme, puis d’apprendre à concevoir et à mettre en œuvre la réalisation d’un processus de communication visuelle dans le domaine du multimédia. Elle obtient alors son BTS Communication Visuelle option Multimédia.

Une conversation avec son professeur principal de l’époque provoque un second déclic : "Et pourquoi ne pas te lancer à ton compte" lui dit-il.
"Oui, et pourquoi pas ? Qu'est-ce qui me retient d'essayer ? " se dit Mélanie.
A ce moment précis, elle sent au plus profond d’elle-même que « c’est ça » ; il n'y a plus de question à se poser, c’est clair et limpide, elle sera illustratrice en freelance.
C’est ça être à l’écoute de son intuition, donc de son cœur.

Des personnes qui lui ont dit qu’elle rêvait en couleur ? Qu’elle n’y arriverait jamais ?  Qu’elle était bien trop naïve ? Que c’était bien beau d’avoir un rêve mais qu’il fallait qu’elle puisse en vivre !
Oui, Mélanie en a rencontré des dizaines de personnes comme cela, mais cela n’a pas entravé sa formidable détermination, sa soif d’apprendre, d’essayer, de tenter l’aventure… « Au pire, si cela ne marche pas, je travaillerai dans une agence de communication » disait-elle.

Un développement fulgurant grâce à Internet
Octobre 2013, Mélanie a 20 ans et elle décide de se lancer.
Bien sûr que les premiers mois ont été difficiles mais Mélanie grandit de ces difficultés car elle comprend bien vite qu’elle ne pourra réussir en restant sur un marché local. Elle doit s’ouvrir et commence donc à utiliser pleinement Internet. Elle alimente régulièrement son blogue qu’elle avait créé lorsqu’elle était étudiante et elle ouvre une page Facebook qu’elle nourrit sur une base quasi-quotidienne… et c’est là que tout démarre réellement.

Aujourd'hui, 90 % de la clientèle de Miia illustratrice provient d’Internet et des médias sociaux.

Profitant de cette entrevue, j’ai demandé à Mélanie qu’elle partage son ressenti lorsqu’elle est en processus de création et voici sa réponse :
"Lorsque je dessine sur papier, je me sens moi-même, détendue, complètement coupée du monde ; si je viens de vivre une journée particulièrement stressante, il me suffit simplement de prendre quelques minutes au calme et de dessiner pour moi et cela repart".


"Lorsque je procède à la colorisation du dessin à l’ordinateur, c’est un tout autre sentiment qui me traverse ; je me sens vivante, pleine d’inspiration. Je veux tout donner"


Du haut de ses 23 ans, Mélanie vit donc de sa passion.
Tout en étant profondément mature, responsable et professionnelle, elle a su garder son âme d’enfant et c’est ce qui la rend si attachante.
Aujourd’hui, Mélanie mène son activité d’une main de maître. Elle aime se remettre en question, se renouveler et accepte des projets d’une grande diversité.
Cette jeune femme ira loin, c’est sûr !
Je partage avec vous sa citation favorite : 
" Vous ne pouvez rien faire dans l'art sans passion. "   Marcel Salinas
Tout est dit !

Merci Mélanie, merci pour ta lumière, pour ta générosité, ton enthousiasme et ton grand cœur, c’est un véritable privilège que de te connaître et de te savoir engagée dans la grande famille Miss Liky !

Avec tout mon amour,

Miss Liky

Liens au sujet de Miia :
Pour la contacter : miia.illustratrice@gmail.com

Pour lire une autre rencontre de Miss Liky, cliquez ici.